Prix Nobel de médecine et stagnation thérapeutique
sitemed.fr

.

Accueil

Analyses de rêves

Sommeil et rêves

Chronobiologie

Psychosoma

Diabète

Toxicologie

Livres et Documents.pdf

Auteur

 

 

SOMMAIRE

  1. Présentation
  2. Historique
  3. Le prix Nobel
    médecine 1977
  4. Prix Nobel et
    stagnation thérapeutique
  5. Médecine globale et rêves

 

Charte éditoriale
voir AUTEUR

 

Les Prix Nobel de Médecine

Dr Jean-Michel Crabbé
Mis à jour décembre 2021

Contact

 

Rire ou pleurer ? À quoi sert la recherche si les plus grandes découvertes saluées par tous ces prix Nobel ne guérissent pas les malades et, parfois même, les tuent ?

 

 

 

Résumé

Bibliographie, Nobel Prize in Physiology or Medicine : Tous les lauréats sur nobelprize.org

Entretenu par les médias, notre "besoin viscéral" de sécurité nous incite à vivre dans le mythe d'une médecine scientifique toute puissante. Nous n'avons aucune envie d'ouvrir les yeux sur ses erreurs et ses échecs.

Pourtant la reconnaissance des limites et des erreurs de la médecine actuelle peut conduire à des changements bénéfiques. Vous trouverez d'autres détails dans "L'échec de la médecine occidentale". Les textes officiels des prix Nobel sont disponibles en anglais sur Nobelprize.org.

 

Le triomphalisme de la médecine occidentale

Dans les années 80, les chercheurs nous promettaient des résultats extraordinaires, la guérison prochaine de la majorité des cancers, une victoire définitive sur toutes les maladies infectieuses et bien d'autres progrès étonnants. En 1983, les chercheurs annonçaient un vaccin contre le Sida dans un délai de 5 ans.
40 ans plus tard, aucune promesse n'a été tenue !

40 ans plus tard, aucun de ces objectifs n'a été atteint et les limites et les erreurs de la médecine occidentale sont de plus en plus criantes. Les microorganismes résistent aux antibiotiques et de nouvelles maladies apparaissent. Des maladies banales comme la rougeole, le paludisme et la tuberculose font toujours chaque année des millions de victimes. Le Sida, les cancers, le diabète et l'obésité, les allergies, les troubles mentaux et les maladies cardiovasculaires font des ravages.

Obésité, diabète ... : "L'obésité est la clef de voûte de toutes les priorités sanitaires car il s'agit de la plus importante source de maladies chroniques dans le monde... Un milliard d'habitants sont victimes d'excès pondéraux tandis que 800 millions de personnes ne mangent pas à leur faim." (OMS : 4 septembre 2006, swissinfo.org/international) Or nous ne disposons d'aucun traitement contre l'obésité !

L'insuffisance rénale va exploser dans les prochaines années : "L'hypertension et surtout le diabète de type 2 en constante augmentation sont les principaux responsables de cette évolution préoccupante." Le Figaro du 05 mars 2010.

Le diabète devient aussi une sorte d'épidémie mondiale qui touche de plus en plus d'enfants avant l'âge de cinq ans. (voir mon dossier diabète).

Depuis deux décennies, des maladies autrefois associées au vieillissement touchent des personnes de plus en plus jeunes, par exemple des Alzheimer avant 55 ans ou des cancers du sein chez des femmes très jeunes.

Quelques semaines passées dans un service de cancérologie, de gériatrie ou de psychiatrie suffisent à se convaincre que les belles victoires annoncées ne sont pas au rendez-vous : La médecine coûte de plus en plus cher sans guérir les malades et le "meilleur des mondes" n'est pas pour demain.

 

Recherche, prix Nobels et stagnation thérapeutique

La longue liste des prix Nobel attribués depuis 1901 pour "the most important discovery within the domain of physiology or medicine" nous donne de précieuses indications sur les soi-disant "progrès" de la médecine moderne.

Si ces prix Nobel confirment les progrès scientifiques au cours du XXe siècle, ils aboutissent aussi à un désert thérapeutique. Depuis Alexander Flemming et la pénicilline en 1945, aucun prix Nobel n'a récompensé une grande découverte thérapeutique équivalente, c'est à dire un traitement capable de guérir l'un ou l'autre des fléaux de notre époque :

1945 : découverte de la pénicilline,
...
2000 : transmission de signaux dans le système nerveux (Prozac),
2001 : régulation du cycle cellulaire,
2002 : régulation génétique du développement des organes et de la mort cellulaire,
2003 : imagerie par résonance magnétique (IRM),
2004 : récepteurs olfactifs et organisation du système olfactif,
2005 : bactérie "Helicobacter pylori" et ulcère gastrique,
2006 : RNA interférence, contrôle du flux cellulaire des informations génétiques,
2007 : Modifications de gènes spécifiques chez la souris,
2008 : Virus de l'immunodéficience humaine et du papillome humain,
2009 : Protection des chromosomes, télomeres et télomerase,
2010 : Developpement de la fécondation in vitro,
2011 : Découverte de la cellule dentritique et rôle immunitaire,
2012 : Découverte de la reprogrammation de cellules matures en cellules souches (pluripotent)
2013 : découverte des mécanismes régulant le trafic des vésicules dans nos cellules
2014 : découverte des cellules cérébrales qui constituent "a positioning system"
2015 : découverte concernant un nouveau traitement des parasites ascaris
2016 : découverte des mécanismes de "l'autophagy"
2017 : découverte de mécanismes moléculaires controlants le rythme circadien
2018 : découverte d'un traitement du cancer par "inhibition of negative immune regulation"
2019 : découverte de l'adaptation cellulaire à l'oxygène
2020 : découverte du virus Hepatitis C
2021 : découverte des récepteurs de la température et du toucher

Cette liste montre l'absence de découverte thérapeutique révolutionnaire, le "grand vide thérapeutique" des 30 ou 40 derniers prix Nobel de médecine, sans aucune découverte comparable à celle de la pénicilline, pour des coûts astronomiques.

Les progrès de la biologie et des autres science apportent de moyens diagnostics (IRM) et des molécules puissantes (et dangereuses) capables de soulager certaines pathologies (impuisance, dépression, stérilité), mais ces nouvelles méthodes ne guérissent pas les malades. La majorité des traitements modernes sont symptomatiques, ils corrigent partiellement les symptômes des maladies au prix d'effets secondaires souvent importants, et ils doivent être prolongés à vie.

Si les dernières découvertes récompensées par des prix Nobels n'aboutissent à aucun traitement susceptible de guérir nos malades, que faut-il penser des progrès de la médecine ?

 

Flemming, un vrai chercheur

Flemming, 1/3 du Nobel 1945, découverte de la pénicilline

La découverte de la pénicilline, vraie révolution thérapeutique au XXe siècle, s'est faite dans des circonstances surprenantes qui devraient faire réfléchir un grand nombre de chercheurs :

"Then in 1928 an accidental contamination of a culture plate by a mould set me off on another track. I was working on a subject having no relation to moulds or antiseptics and if I had been a member of a team engaged on this subject it is likely that I would have had to neglect the accidental happening and work for the team with the result that penicillin would not then have been described and I would not be here today as a Nobel Laureate. But, fortunately for myself - and may be for the world - I was situated so that I could leave my previous line of research work and follow the track which fate hade indicated for me." Flemming speech, 10 dec 1945.

Flemming a découvert la pénicilline à cause d'une manipulation ratée alors qu'il travaillait sur un sujet sans relation avec les moisissures et les antiseptiques... Et, une chance pour lui et pour le monde entier, il pouvait se permettre d'abandonner ses recherches pour suivre une autre piste que le destin lui indiquait.

"I have been trying to use penicillin to illustrate two points.
The first is that team work may inhibit the primary initiation of something quite new but once a clue has been obtained team work may be absolutely necessary to bring the discovery to full advantage.
The second is that destiny may play a large part in discovery. It was destiny which contaminated my culture plate in 1928 - it was destiny which led Chain and Florey in 1938 to investigate penicillin instead of the many other antibiotics which had then been described and it was destiny that timed their work to come to fruition in war-time when penicillin was most needed.
It may be that while we think we are masters of the situation we are merely pawns being moved about on the board of life by some superior power. Thank you."
Flemming speech, 10 dec 1945.

Flemming insistait sur trois aspects essentiels de sa découverte : le travail d'équipe est à la fois un obstacle à la recherche et une nécessité. Le hasard, le destin jouent un rôle essentiel : "Nous nous croyons les maîtres de la situation et nous ne sommes que des pions déplacés sur l'échiquier de la vie par une puissance supérieure"... Dès 1945, Flemming annonçait aussi l'apparition de résistances aux antibiotiques.

Biblio : Les Prix Nobel en 1945, Editor Arne Holmberg, [Nobel Foundation], Stockholm, 1946.

 

Prix Nobel, mensonges, crimes, argent et pouvoir

Si certains prix récompensent des progrès indiscutables, d'autres correspondent à de fausses découvertes et à des traitements inutiles ou dangereux dont seule l'industrie tire profit.

En regardant attentivement la liste des prix Nobel de médecine, on découvre, au milieu de véritables chercheurs, une petite liste de crapules, de véritables criminels et de menteurs :

En 1908, le P. Ehrlich reçoit le prix Nobel pour ses prétendus travaux sur l'immunité, les "récepteurs cellulaires" à différentes substances chimiques et le traitement de la Syphilis par les "arsénobenzènes".

Paul Ehrlich, 1/2 du prix Nobel 1908, recherche sur l'immunité et syphilis

"For with the help of this substance (Arsénobenzène, Salvarsan) it is really possible in every animal species and with every kind of trypanosome infection (syphilis et autres) to achieve a complete cure with one injection, a result which corresponds to what I call therapia sterilisans magna." Paul Ehrlich, Nobel Lecture, 11 décembre 1908.

Ehrlich prétendait qu'une seule injection suffisait à traiter la syphilis, ce qui était totalement faux. Son Salvarsan était un produit très toxique dérivé de l'arsenic. De cette façon la recherche anglo-saxonne rivalisait avec l'Institut Pasteur, première grande multinationale de la médecine moderne, et allait gagner énormément d'argent en infligeant des souffrances insupportables aux patients avant de les faire mourir. Bien sûr, les effets toxiques du Salvarsan étaient attribués à la Syphilis.

Bien d'autres prix Nobel comme les exemples suivants qui font froid dans le dos et font douter des bases scientifiques, de la transparence et des progrès de la médecine au XXe siècle :

1927, Wagner-Jaurreg, traitement de la démence syphilitique par innocculation du paludisme... une bénédiction pour l'humanité... On croit rêver en lisant le compte-rendu de ce prix Nobel, abbération scientifique, traitement criminel.

1948, Paul Muller, sa découverte du DDT, un merveilleux insecticide non toxique... utilisé en énormes quantités... Interdit quelques années plus tard à cause de sa toxicité nerveuse et de son accumulation dans la chaîne alimentaire.

1949, Egas Moniz, inventeur de la lobotomie... merveilleux traitement chirurgical des maladies mentales... une lumière divine, un discours ahurissant... Les survivants de ces interventions étaient handicapés à vie, réduits à l'état de zombies.

2000, Arvid Carlsson, Paul Greengard et Eric R. Kandel, mise au point des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine comme le Prozac... aurait diminué de 25% le taux de suicide en Suède.... Accusé de favoriser le suicide de certains patients par levée d'inhibition.

Certaines de ces découvertes, "bénédictions pour l'humanité selon le désir d'Alfred Nobel", sont dangereuses et l'humanité s'en passerait volontiers : d'autres exemples détaillés dans mon livre "L'échec de la médecine occidentale".

 

Les nouveaux médicaments dangereux

Aujourd'hui pas une année ne s'écoule sans que l'on découvre la dangerosité de médicaments commercialisés depuis des mois, des années, ou même des décennies comme le Médiator.

À Londres en mars 2006, les premiers volontaires sains pour un essai en phase II subissent des effets toxiques imprévus et gravissimes traités en réanimation.

Une étude américaine menée par le cardiologue Thomas Force et publiée dans le journal "Nature Medecine" met en cause le "Glivec", l'un des trois produits les plus vendus dans le monde par le groupe suisse Novartis.

Il y a plus de 5 ans le Glivec avait innauguré l'ère des "thérapies moléculaires ciblées" dans le traitement des cancers... Responsable d'insuffisances et d'arrêts cardiaques. "C'est une vraie surprise car a priori, il était absolument absurde qu'un médicament comme Glivec puisse provoquer des problèmes cardiaques". (2006 Swissinfo.org/fre/sciences_technologies)

La liste s'est allongé ces dernières années... (Vioxx, Acomplia, Médiator) avec des scandales inacceptables.

 

[titre]

 

The licensor permits others to copy, distribute and display this work. May not use for commercial purposes unless the licensor's permission. In return, you must give the original author/publisher credit : Dr J-M Crabbé -- Besançon, France -- www.sitemed.fr

L'auteur autorise les lecteurs à copier, la distribuer et afficher cette oeuvre à l'identique. Il est interdit de l'utiliser à des fins commerciales sans autorisation de l'auteur. En retour, vous devez mentionner l'auteur/éditeur d'origine  : Dr J-M Crabbé -- Besançon, France -- www.sitemed.fr

 

Guillemin et Schally, Nobel 1977, hormones cérébrales peptidiques, liens entre le corps et l'âme

Prix Nobel 1977
Fondement de la médecine
psychosomatique