Médecine psychosomatique : corps et psyché.  
sitemed.fr

HOME

SOMMEIL ET RÊVES

CHRONOBIOLOGIE

PSYCHOSOMA

DIABÈTE

TOXICOLOGIE

LIVRES

CONTACT

DÉTENTE

 

Médecine globale
et rêves

Dr Jean-Michel Crabbé
Mis à jour le 31 décembre 2012

En ignorant les lois fondamentales de la vie, les rythmes biologiques, les relations entre corps et psyché ou encore la fonction du sommeil paradoxal, la médecine moderne se prive de vrais moyens de comprendre et de guérir les malades.

 

 

Résumé

Bien avant la découverte des neuromédiadeurs, Jung parlait du rôle de l'équilibre psychique dans les maladies organiques, il confirmait ce que les médecins avaient observé pendant des milliers d'années et insistait sur l'importance de l'inconscient et des rêves : "Pour sauvegarder la stabilité mentale et même la santé physiologique, il faut que la conscience et l'inconscient soient intégralement reliés, afin d'évoluer parallèlement." CG Jung. Essai d'exploration de l'inconscient.

La découverte des hormones cérébrales et des neuromédiateurs a confirmé le point de vue de Jung et celui des médecines traditionnelles qui ne séparaient jamais le corps et l'âme.

Depuis le début du XXe siècle, la médecine occidentale prétend soigner les êtres vivants comme on répare une automobile dans un atelier, avec des erreurs et des échecs. Il faudrait très vite revenir à une conception globale, "corps et âme" de l'homme et de la santé.

 

La médecine dite psychosomatique

Aujourd'hui encore la médecine moderne ridiculise les médecins et tous ceux qui pensent que la guérison est en partie une question d'équilibre psychique, comme si de telles idées n'étaient pas scientifiques.

Dans le contexte actuel, la médecine "psychosomatique" reste une discipline marginale, embryonnaire. Quand les symptômes de leurs patients ne correspondent pas à une maladie bien précise, de nombreux médecins affirment que c'est "psychosomatique" et que tout se passe dans leur tête : Les maladies dites psychosomatiques sont imaginaires, ces personnes hypochondriaques se rendent elles-même malades et les médecins ont de vrais malades à soigner.

Aujourd'hui, il est prouvé que le point de vue de la médecine moderne sur cette question n'est ni scientifique, ni confirmé par la recherche.

 

Les "hormones" du cerveau

Les chercheurs et les médecins ont longtemps affirmé que le système nerveux ne transmettait que des signaux électriques. Dans les années 70, la découverte des hormones cérébrales aurait du être une vraie révolution. On connaît maintenant plus d'une centaine de ces "neuro-médiateurs", sécrétés en très faibles quantités par les neurones. Ces substances agissent comme des hormones sur les tissus cérébraux, sur l'hypophyse, sur les glandes endocrines, et sur tous les tissus périphériques : Le cerveau est une glande, il sécrète plus d'une centaine d'hormones et contrôle toutes les fonctions périphériques.

D'autres "neuro-médiateurs" sont sécrétés par des organes périphériques comme le coeur, les poumons ou le tube digestif (VIP, histamine...) et ils agissent en sens inverse sur le système nerveux central.

Schéma des relations multiples entre corps et psyché

Grâce à ces substances chimiques longtemps indétectables, le système psychique est en interaction permanente avec le corps. Selon l'expression utilisée lors du prix Nobel 1977, les chercheurs ont découvert "le lien entre le corps et l'âme". Ces relations expliquent l'effet placebo ou le magnétisme, l'efficacité de l'homéopathie et les effets physiologiques du stress, à l'origine de nombreuses maladies : Le corps et la psyché forment une unité fonctionnelle indivisible.

 

Maladie, stress et rêve

Pendant un siècle, la médecine occidentale a volontairement ignoré les origines psychiques des maladies et les effets de ce qu'on appelle le stress. Dans les hôpitaux et les laboratoires, les soi-disant spécialistes qui gouvernent la médecine ignorent presque tout de la psyché et de l'environnement des malades qu'ils prétendent soigner.

La médecine ne tient pas compte de ce que les médecins observent depuis longtemps sur le terrain : le "stress" est la cause de nombreuses maladies.

Schéma : Le couple hypothalamus et hypophyse, principal relais entre la psyché et le corps

Les causes ultimes de nombreuses maladies comme le diabète, l'obésité, l'hypertension ou les cancers restent aujourd'hui tout à fait inconnues, du moins selon les critères de la médecine moderne. En réalité, il est certain que le système nerveux central, en sécrétant de nombreuses hormones, joue un rôle essentiel et négligé dans toutes ces pathologies.

Le stress est souvent indéfinissable. Le stress des femmes de militaires est différent du stress d'un chef d'entreprise, d'un paysan qui abandonne ses terres pour vivre en ville, du stress d'un ouvrier qui travaille de nuit, de celui d'un enfant à l'école ou d'une personne qui prend sa retraite. Personne ne sait si tel ou tel "stress" va s'accompagner d'hypertension, de troubles digestifs ou nerveux, d'un diabète... Aussi les rêves jouent parfois un rôle très importants :

Pendant des millénaires, le rêve a eu une fonction diagnostique et thérapeutique.

Le système psychique est comme un iceberg dont la conscience est la toute petite partie émergée. Les phénomènes psychiques qui agissent sur le corps sont inconscients et involontaires, seuls les rêves permettent de les découvrir : pour rester en bonne santé, il faut aussi écoutez ses rêves.

 

Médecine globale

La biologie et la chirurgie obtiennent des résultats indiscutables et extraordinaires. Aussi de nombreuses personnes pensent que la médecine disposera d'un remède adapté si elles tombent malades. Malheureusement c'est rarement le cas et après des soins prolongés, de nombreux malades comprennent que la médecine scientifique ne peut rien pour eux. La dernière solution se trouve peut-être dans l'une de ces disciplines que la médecine considère comme des résidus de croyances primitives.

Un très grand nombre de malades finissent par se rendre chez les homéopathes, les acupuncteurs, les magnétiseurs et les guérisseurs de tout poil.

D'autres cherchent dans la spiritualité une guérison du corps qui leur semble étroitement liée à la purification et à la paix de leur âme. La médecine scientifique n'a jamais remplacé les pélerinages et 3 millions de personnes se rendent chaque année à Lourdes.

Aujourd'hui la médecine n'a plus aucun argument scientifique à opposer à ces démarches. La médecine garde son statut officiel de discipline scientifique en cachant soigneusement le fait que trois grands principes sur lesquels elle repose ont été renversés :

Les êtres vivants ne sont pas des machines biologiques,
Le milieu intérieur ne tend pas vers un équilibre, mais vers des rythmes biologiques,
La chronobiologie devrait remplacer l'actuelle biologie,
Les organes sont inséparables les uns aux autres,
Le corps et la psyché forment une unité fonctionnelle indissociable,
Le sommeil paradoxal et le rêve constituent une véritable fonction physiologique,
La fonction du rêve ne se limite pas à la seule théorie sexuelle de Freud,
La biologie seule ne guérit pas les malades,
La guérison est un phénomène complexe et subtil.

 

 

Droits d'auteur : J-M Crabbé © 1999-2013, tous droits réservés. Article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle. Seules les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective sont autorisées. De brefs extraits de l'information contenue sur ce site peuvent être librement commentés, reproduits ou traduits à des fins de recherche ou d'étude personnelle, mais ne peuvent être ni vendus ni utilisés à des fins commerciales. Toute utilisation de l'information provenant de ce site Web doit obligatoirement mentionner la source de l'information et l'adresse URL de la page correspondante. La reproduction ou la traduction de portions plus importantes ou toute utilisation des textes et schémas à des fins autres qu'éducatives ou non commerciales, est subordonnée à l'obtention préalable d'une autorisation écrite formelle.