Rêves d'hommes célèbres  
sitemed.fr

HOME

SOMMEIL ET RÊVES

CHRONOBIOLOGIE

PSYCHOSOMA

DIABÈTE

TOXICOLOGIE

LIVRES

CONTACT

DÉTENTE

 
livre sommeil rêve

Sommeil et rêves
Éditions Ellebore

Fonction historique et religieuse du rêve, physiologie du sommeil, psychologie et psychanalyse, interprétation de grands thèmes oniriques, rêve et santé physique ou psychique, rêves de mort...

  Journal de mes nuits

Le Journal de mes nuits
Éditions R. Laffont

Un voyage intérieur hors-norme avec une sélection de 300 rêves personnels. Une expérience pratique, auto-biographique et initiatique guidée par les rêves : les rêves et la Vie.

Pour commander : Éditions Ellebore et sur Amazon.fr

 

Pour commander : Éditions R. Laffont et sur Amazon.fr

 

 

 

 

Site certifié HON
Voir Home

 

Commentaires :
Rêves d'hommes célèbres

Dr Jean-Michel Crabbé
Mis à jour le 26 février 2015

 

"Si nous croyons ce que dit la Bible, les choses viennent à notre connaissance par le rêve." Attribué à Abraham Lincoln.

 

Résumé

Songe de Jacob

Les hommes illustres et les savants racontent parfois des rêves. C'est le cas de Péricles, dans l'antiquité, ou de von Kekule. Les rêves de Descartes, Lincoln, Freud, Jung, Jouvet ou Chrétien confirment l'importance, parfois vitale, du rêve. Ces rêves lèvent un petit coin du voile qui dissimule la personnalité de leurs auteurs et nous montrent des fragments du processus d'individuation. Voir aussi le rêve de Péricles, dans [Rêve et maladie] ou celui de Kekule, dans [Faut pas rêver]. (Ces commentaires sont des ébauches d'interprétations)

 

René Descartes

Les 3 songes de la nuit de la Saint Martin.

Biblio : Baillet A. La Vie de Monsieur Descartes. France, 1691.

Né le 31 mars 1596, Descartes fait ces trois songes dans la nuit de la Saint Martin, du 10 au 11 novembre 1619, pendant un séjour en Allemagne. Agé de 23 ans seulement, il termine des études brillantes chez les Jésuites. Plein d'enthousiasme, il pense posséder les fondements d'une mathématique universelle qui dominerait toutes les autres sciences...

Le premier songe débute " par la rencontre de fantômes qui l'épouvantent. Il a aussitôt peine à marcher, obligé de se renverser sur le côté gauche parce qu'il sentait une grande faiblesse au côté droit. Il aperçoit un collège, et tâche de gagner l'église pour y prier. S'étant aperçu qu'il avait passé un homme de sa connaissance sans le saluer, il veut retourner sur ses pas. Mais le vent (ou un mauvais esprit "a malo spiritu") le repousse violemment contre l'église. Il est emporté par une espèce de tourbillon... Sur le pied gauche par ce vent impétueux, Descartes s'étonne de voir ceux qui l'entourent droits et fermes sur leurs pieds. Il s'entretient, au milieu de la cour du collège, avec une autre personne qui l'appelle par son nom, et lui dit que s'il voulait aller trouver M. N., il avait quelque chose à lui donner. Descartes s'imagine que c'est un melon qu'on avait apporté de quelque pays étranger. "

Descartes sort brutalement de ce premier cauchemar. Pendant près de deux heures, il médite sur les biens et les maux de ce monde, il prie et se repent de ses péchés.

L'interprétation de ce rêve sur le plan du sujet lui donne tout son sens et sa cohérence :

Descartes a l'espoir de posséder à lui seul toute la science grâce aux mathématiques. Son premier rêve, violent, le confronte avec des fantômes, ses démons personnels. C'est probablement son ambition intellectuelle démesurée qui en est la cause.

Il croit pouvoir s'appuyer sur son coté droit, image de sa volonté consciente... En fait, c'est lui qui vacille et son entourage reste stable : Sa démarche intellectuelle est défectueuse, et il doit repartir "du bon pied" : il doit s'en remettre "à l'autre coté", s'appuyer sur ses facultés instinctives et irrationnelles.

Descartes interprète le vent violent comme le souffle d'un esprit dont il ne sait s'il est bon ou mauvais : Il est repoussé vers le collège et vers l'église. Ainsi le rêve l'oblige à régresser : il a encore des choses à apprendre (l'école), et il doit s'abaisser devant Dieu (l'église).

La fin du rêve évoque un melon, fruit rond et sucré, signe d'une fécondité à venir. Ce fruit vient d'un pays étranger, chaud et ensoleillé, c'est à dire d'un domaine nouveau et inconnu de sa propre personnalité, un domaine plus clair et plus chaud que son monde intellectuel obscur et privé de chaleur humaine.

 

René Descartes : suite

" A nouveau endormi, "il est tiré de son sommeil par un bruit aigu et éclatant qu'il prend pour un coup de tonnerre. Il voit alors sa chambre remplie d'étincelles... "

Ténèbres et lumière, inconscience et conscience. Ce deuxième rêve décrit l'illumination d'un domaine intime, personnel. Il s'agit d'une prise de conscience intense, un jaillissement intérieur, une multiplicité lumineuse qui annonce toute son oeuvre philosophique et scientifique.

Dans son dernier rêve, "il se retrouve à sa table de travail avec un premier livre, un dictionnaire ou une encyclopédie. Quand il veut s'en emparer, il saisit un autre livre, le corpus poetarum, familier depuis le collège. Il l'ouvre au hasard pour y chercher un conseil et tombe sur le vers : "Quod vitae sectabor iter ?" (Quel chemin suivrai-je dans la vie ?) Apparaît encore un inconnu avec qui il évoque l'Idylle XVII sur l'ambiguïté de la vie, du Oui et du Non de Pythagore. Le corpus disparaît, tandis que l'encyclopédie reparaît à l'autre bout de la table. Seulement le livre n'est plus entier comme il l'avait vu la première fois, il manque des pages.

Encore endormi, Descartes commence à interpréter son dernier rêve. L'interrogation à propos du chemin qu'il doit suivre le conduit à un choix. Il décide de consacrer toute sa vie à cultiver sa raison, et de s'avancer autant qu'il le pourra dans la connaissance de la vérité."

Ce dernier rêve est presque lucide, un rêve du sub-conscient. Il pose la question du sens que Descartes va donner à sa vie et suggère une réponse. L'encyclopédie est inachevée, contrairement à ce qu'il pensait. Compléter le savoir, se consacrer à la connaissance de la vérité, ajouter de nouveaux chapitres à l'encyclopédie des connaissances humaines représentent une entreprise légitime et non plus une ambition démesurée.

Ainsi la succession des trois rêves est parfaitement cohérente :

Acte d'humilité --> Illumination intérieure --> Décision éthique

L'attitude de Descartes à l'égard de ses propres rêves est édifiante. Un primitif aurait interprété les fantômes terrifiants comme venus d'un autre monde, et aurait offert des sacrifices pour échapper à ces démons.

Descartes nous donne l'exemple d'un dialogue constructif avec l'inconscient.
 

Le rêve du président Abraham Lincoln

Biblio : ce rêve est connu, mais son origine semble très indirecte, peut-être le récit d'un proche?

Abraham Lincoln dit un jour dans une réception :

« C'est étonnant de voir l'importance des rêves. Dans 16 chapitres de l'Ancien Testament on mentionne des rêves. Si nous croyons ce que dit la Bible, les choses viennent à notre connaissance par le rêve. Tenez, dit-il à ses amis, l'autre nuit, j'ai fait tout un rêve :

J'entendais pleurer une foule que je ne voyais pas. Je suis allé dans une autre pièce, il n'y avait personne et puis en passant dans une autre chambre, il y avait des soldats et une tombe. Je me disais en moi-même : "Ce doit-être quelqu'un d'important pour qu'il y ait autant de soldats autour".
Alors en passant je me suis arrêté devant un soldat et je lui ai demandé qui était mort. Le soldat, les yeux rougis par les larmes, me répondit: "C'est le président qui a été assassiné". »

Quelques mois après ce rêve, le 14 Avril 1865, un vendredi saint, le président Abraham Lincoln mourrait assassiné...

Commentaire : ce récit porte à croire que Lincoln avait rêvé de sa propre mort, mais faut-il pour autant s'étonner, parler de miracle et de rêve prémonitoire ?

Le rêve montre un danger, c'est d'abord un avertissement. Cette image est susceptible de corriger une attitude défectueuse du rêveur. Antiesclavagiste, le président Lincoln était très populaire, mais il avait aussi de très nombreux ennemis. Si le rêve avait atteint son but, Lincoln aurait été beaucoup plus prudent. Mieux protégé, il aurait eu la vie sauve et son rêve n'aurait pas été "prémonitoire".

Les vrais rêves de mort parlent de voyage, de changement. Ils semblent préparer à un autre monde, à une autre vie. Un rêve prémonitoire est bien souvent un avertissement resté incompris. Le rêve a une puissance d'analyse dont la mentalité occidentale ne tient pas compte.

L'inconscient de Lincoln mesurait bien le danger.
 

Vocation, CG Jung

Biblio : Jung C.G. Ma Vie. Gallimard, collection Témoins.

Psychologue et psychiatre né le 26 juillet 1875, CG Jung est le fondateur de la psychologie analytique. Dans son autobiographie intitulée "Ma vie", il raconte deux rêves qu'il fit à l'âge de 18 ans, alors qu'il se posait la question de sa future profession. Il hésitait de façon angoissante entre l'histoire, la philosophie et les sciences naturelles.

" Dans le premier, il allait dans une sombre forêt qui s'étend le long du Rhin. Il arriva à une petite colline, un tumulus funéraire et il se mit à creuser. Au bout d'un moment, à son grand étonnement, il tomba sur des os d'animaux préhistoriques. Cela l'intéressa passionnément et à ce moment il sut qu'il lui fallait connaître la nature, le monde..."

Ensuite vient un second rêve : " Il se trouve dans une forêt. Des cours d'eau la parcourent, et, à l'endroit le plus obscur, il aperçoit, entouré d'épaisses broussailles, un étang de forme ronde. Dans l'eau, à moitié enfoncé, il y a un être extraordinairement étrange. Un animal rond, scintillant de multiples couleurs et composé de nombreuses petites cellules ou d'organes ayant la forme de tentacules. Un radiolaire gigantesque d'environ un mètre de diamètre. Que cette créature magnifique soit restée à cet endroit caché, dans l'eau claire et profonde, sans être dérangée, lui parut une merveille indescriptible ; elle éveilla en lui le plus ardent désir de savoir, si bien qu'il se réveilla le coeur battant."

Ces deux rêves déterminèrent Jung, "avec une force invincible", à choisir les sciences naturelles. Ils supprimèrent tout doute à ce sujet, et il choisit ensuite les études de médecine.

 

Les boules : Michel Jouvet

Biblio : Jouvet M. Sommeil et rêves. Odile Jacob.

Dans son ouvrage "Le sommeil et les rêves", Michel Jouvet propose un rêve étrange à la sagacité du lecteur et de l'analyste :

"Le génome ne joue aux boules qu'avec l'inconscient."

Ce rêve est une véritable énigme et l'interprétation semble délicate, mais le jeu de boules a quelque chose d'amusant, qui met à l'aise. C'est une image du cerveau droit et son contexte est la recherche scientifique. Comme le rêve de von Kekule, ce rêve participe au travail en cours et propose une solution. Michel Jouvet donne au sommeil paradoxal la fonction de "programmation génétique" du système nerveux central. L'adjectif "génétique" fait penser que le sommeil paradoxal et le rêve sont gouvernés par le génome.

Le rêve est une sorte de réponse élaborée "par l'inconscient", il propose une image des rôles respectifs du génome et de l'inconscient :

Le rêve représente le génome et l'inconscient comme deux facteurs indépendants : d'après ce rêve, l'inconscient est autonome, et il fait "jeu égal" avec le génome pour déterminer la forme d'une existence individuelle. Un rêve très "jungien" car CG Jung est le seul à considérer l'inconscient et le rêve comme des facteurs autonomes et capables d'intervenir sur le développement psychique (individuation).

 

Planche à voile : Jean-Loup Chrétien

Biblio : émission TV, date et chaine oubliées !

Le 6 décembre 1988, le cosmonaute Jean-Loup Chrétien effectue une sortie record de 6h 10 dans l'espace, épreuve certainement redoutable. Invité à une émission télévisée, le journaliste le questionne sur ses préoccupations d'avant le départ et lui demande précisément s'il a bien dormi la veille du décollage. J-L Chrétien raconte qu'il était alors très détendu, et qu'il se souvient même d'un rêve...

"agréable dans lequel il faisait de la planche à voile..."

A l'évidence, Jen-Loup Chrétien est réellement équilibré, détendu, et prêt pour sa mission. L'inconscient ne manifeste aucune tension inquiétante, juste avant de se mettre en haut d'un pétard de milliers de tonnes et la suite de la carrière de J-L Chrétien confirme ce rêve très équilibré.

Il n'en reste pas moins que la situation du rêve est très différente de la vie concrète. Sur le plan de l'objet, l'interprétation du rêve n'a aucun intérêt, et Jean-Loup Chrétien n'est certainement pas privé de planche à voile.

Sur le plan du sujet, la planche à voile est une image assez magique. Elle associe un contact étroit avec l'océan, avec l'inconscient, et une disponibilité totale au vent, au souffle de l'esprit : à la veille de cette mission très importante, le rêve décrit une attitude intérieure très particulière.

Ainsi les situations extérieures, mêmes impressionnantes, sont rarement reprises dans les rêves.

 

[Accueil Sommeil et Rêve]  [titre, page 11]  [Suite page 12]

 


 

Droits d'auteur : J-M Crabbé © 1999-2013, tous droits réservés. Article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle. Seules les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective sont autorisées. De brefs extraits de l'information contenue sur ce site peuvent être librement commentés, reproduits ou traduits à des fins de recherche ou d'étude personnelle, mais ne peuvent être ni vendus ni utilisés à des fins commerciales. Toute utilisation de l'information provenant de ce site Web doit obligatoirement mentionner la source de l'information et l'adresse URL de la page correspondante. La reproduction ou la traduction de portions plus importantes ou toute utilisation des textes et schémas à des fins autres qu'éducatives ou non commerciales, est subordonnée à l'obtention préalable d'une autorisation écrite formelle.